almonds-berries-blackberries-1099681.jpg

LA MÉTHODE MYBIOTA

La principale force de MyBiota est son désir d'aider les gens à mener à bien leur régime alimentaire sur le long terme en tenant compte des dernières découvertes scientifiques sur le microbiote intestinal.

Le microbiote intestinal, anciennement nommé flore intestinale, c’est l’ensemble des  bactéries, virus et champignons qui habitent dans notre intestin. Dans notre corps il y a plus de bactéries que de cellules humaines, elles représentent presque 2 kilos de notre poids. Cette communauté de micro-organismes a évolué avec nous depuis le début de l’humanité. Notre organisme qui dispose de son propre code génétique, a besoin de toute la machinerie génétique des bactéries pour pouvoir réaliser beaucoup de ses fonctions. Notre santé est donc déterminée par l’interaction complexe entre nos gènes et ceux de son microbiote. Le microbiote est un écosystème très divers, comme la forêt Amazonienne, avec entre 15 000 et 30 000 espèces différentes.

On peut considérer les bactéries intestinales comme des mini-usines, car elles produisent beaucoup de produits chimiques nécessaires pour notre organisme et des fonctions métaboliques que les humains ne sont pas capables de réaliser. 

  • Des vitamines et hormones que notre corps n’est pas capable de produire, certains de ces substances peuvent influençant nos envies alimentaires.

  • Des substances qui régulent notre système immunitaire, elles diminuent l’inflammation et inhibent les agents infectieux.

  • De neuromédiateurs, par exemple la sérotonine (l'hormone du bonheur) est synthétisée majoritairement dans l’intestin.

  • Des substances qui vont réguler l’expression de nos gènes humains, modulation épigénétique.

Les recherches ont indiqué que l’interaction entre le microbiote et le génome humain ou les changements de régime peuvent être des facteurs cruciaux dans le développement des maladies chroniques. Ces maladies, qui sont toujours liées à un état d’inflammation, sont les maladies métaboliques (l’obésité, le diabète,...), neurologiques (la dépression, l’Alzheimer, l’autisme…), les maladies auto-immunes (MICI, la sclérose en plaques,  rhumatismes,..) et les allergies.

Comme les bactéries aident à extraire l’énergie des aliments, en fonction des types de bactéries qui peuplent notre intestin, un même repas va être assimilé de manière différente et générer plus ou moins de calories. Les personnes qui ont une plus grande proportion d'un groupe de bactéries appelées Firmicutes, ont plus de risque de développer du diabète et de l’obésité.

Les régimes restrictifs font grossir, le fameux effet yo-yo s’explique par les modifications dans le microbiote. Suite à des régimes restrictifs, le microbiote change et ce changement perdure dans le temps bien après avoir arrêté le régime, augmentant la reprise de poids, ce qui fait qu’après le régime on grossit davantage. Des chercheurs ont démontré que le microbiote des souris soumises à des régimes successifs était modifié. Quand leur microbiote était transplanté à des souris sans germes, celles-ci grossissent. Cet effet est réversible par la consommation de certains flavonoïdes (que sont un type de polyphénol qui se trouve dans certains plants et végétaux et qui ont un effet anti-inflammatoire)


Comment modifier le microbiote?


Nos gènes humains transmis par nos parents ne peuvent pas être modifiés, cependant nous pouvons modifier le microbiote. Plusieurs études montrent que le changement d’alimentation permet d’observer de forts changements du microbiote intestinal. D’autres paramètres qui modulent le microbiote sont l’activité physique, les médicaments, le tabac et le stress.


Avoir un microbiote riche et bien équilibré est associé à une diminution de l’inflammation et une protection contre les maladies chroniques modernes. L’alimentation joue plus que jamais un rôle capital dans la lutte contre ces maladies.

Ma méthode favorise un microbiote divers et riche et cela se traduit par une meilleure santé.

 
  • Facebook
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Instagram

©2018 by MyBiota.